5 mythes concernant les startups

Ray Fitzpatrick

Directeur d’investissements

Si vous regardez les nouvelles télévisées, lisez le journal ou passez du temps sur Twitter, vous avez peut-être fait connaissance avec David Shipley, le PDG de Beauceron Security de Fredericton. Beauceron se concentre sur les facteurs humains de la cybersécurité, et David est devenu une ressource incontournable pour les journalistes et autres qui tentent de comprendre les risques croissants associés à notre mode de vie numérique et ce que nous devons faire pour protéger nos données et notre vie privée. 

David est un co-fondateur de Beauceron. David et son co-fondateur avaient « des emplois de jour » lorsqu’ils ont lancé l’entreprise, après sa participation au programme d’accélérateur d’entreprise de l’UNB Energia Ventures. Ils ont travaillé fort pour mettre l’entreprise sur pied, développer ses solutions de cybersécurité et trouver des clients. La FINB avait d’abord investi dans Beauceron en 2017 et avait dirigé la deuxième ronde de 1,5 $ de l’entreprise en 2018. 

La passion de David pour la cybersécurité et l’entrepreneuriat est évidente aux yeux de tous ceux qu’ils rencontrent. Comme avec les autres entrepreneurs du portefeuille de startups de la FINB, nous avons mis David et son équipe au défi de générer une réelle croissance réelle des clients et des revenus. Il réussit cette croissance et, aujourd’hui, Beauceron se taille une niche solide dans le monde toujours grandissant de la cybersécurité. En tant que directeur des investissements de la FINB, je siège au conseil d’administration de Beauceron et je peux voir l’équipe en action. 

L’enthousiasme de David est contagieux et nous lui avons demandé de partager certains des mythes communs sur l’entrepreneuriat pour aider les entrepreneurs actuels et ceux qui comptent le devenir. Je me suis assis avec David pour le questionner sur les premiers pas de démarrage d’une entreprise et sur comment il s’y est pris :

Mythe de startup no 1 : La fausse idée que les fondateurs sont des superhéros. 
En fait, si le fondateur victorieux possède un super-pourvoir, c’est celui de trouver et bâtir une équipe avec de gens plus intelligents que lui. 

C’est ce qu’il faut pour réussir, avec un appétit incessant de vouloir apprendre et grandir continuellement. Ensemble, vous réalisez le dur travail et partagez les succès. Je n’aurais pas réussi à faire prospérer Beauceron sans mon équipe, tant du côté technologique que des ventes, du marketing ou de finances. Personne ne peut tout savoir ou tout faire. 


Mythe de startup no 2 : Si vous travaillez suffisamment fort, vous réussirez. Ou encore, c’est beaucoup une question de chance, le fait d’être là au bon moment.
La vérité? Les deux sont vrais.

J’aimerais bien dire que tout ce que nous avons réalisé chez Beauceron est uniquement le résultat de nos intelligences, de notre travail assidu et de notre dévouement. En réalité cependant, nous avons été chanceux. Une conférence à Halifax nous a donné notre plus gros client. Cette relation a conduit à notre plus important contrat. C’était la première pièce de domino à tomber et lancer notre croissance. Si notre champion client que nous y avons rencontré n’avait pas été présent ou si je n’avais pas donné la conférence, nous ne serions jamais rendus ou nous en sommes aujourd’hui. 


Mythe de startup no 3 : C’est une question d’avoir le plus innovant et révolutionnaire des produits, rempli à craquer d’intelligence artificielle, d’apprentissage machine et de chaine de blocs. La meilleure technologie gagne à coup sûr. Ou parfois la technologie la moins chère. C’est toute une question de technologie.
Même pas proche.

Votre technologie doit être bonne, mais ce n’est pas ce qui est en jeu. Ce n’est pas parce que vous avez le meilleur piège à souris que vous allez avoir du succès sur le marché. L’entreprise qui a le mieux compris la valeur qu’elle crée en résolvant les problèmes des clients ou en débloquant de nouveaux revenus pour les clients (ou idéalement les deux) gagne. Ne vous laissez pas aveugler par les modes. 


Mythe de startup no 4 : L’important est d’arriver le premier sur le marché avec un nouveau produit.
Cela est loin d’être le cas dans le monde technologique.

Prenez le marché des lecteurs MP3. Le premier lecteur? Le MPMan. Le leader sur le marché aujourd’hui? L’iPod d’Apple. GM a été la première à lancer une voiture électrique produite en série, c’était l’EV1 de GM. Aujourd’hui? Tesla

Et ainsi de suite. Beauceron n’a pas été la première à mettre en marché notre solution, mais notre succès réside dans la façon que nous avons pris ce qui existait, nous l’avons amélioré et nous avons recherché une proposition de valeur plus large. Nous poursuivons une stratégie de l’océan bleu — c’est-à-dire en redéfinissant le problème et la solution et en faisant passer les clients de ce qu’ils avaient à ce qu’ils veulent maintenant — avec nous. 


Mythe de startup no 5 : Vous devez vanter massivement votre produit sur votre site. « Il est unique, le premier, le meilleur, etc. ».
Ne le faites pas. 

Même si c’était vrai (ce qui est rarement le cas) combien de temps cette prétention peut-elle durer? Les avantages concurrentiels en technologie sont possiblement les plus difficiles à maintenir. Par ailleurs, iriez-vous à la rencontre d’un inconnu dans une salle, et tout de suite après avoir présenté vous lui dites que vous êtes le meilleur du monde en X, Y ou Z? 

Il serait plus approprié de dire qui vous êtes, d’apprendre qui ils sont et de montrer comment vous aidez les gens. 

Mieux encore, montrez-leur, plutôt que de simplement leur dire pourquoi vous êtes le meilleur dans votre domaine. 

La dure vérité des startups est que si vous essayez de l’aborder comme un Monsieur-Je-Sais-Tout, vous échouerez regrettablement. Vous devez tout apprendre. Il ne suffit pas de travailler dur; vous devez continuellement vous réinventer vous-même, votre entreprise, votre produit et votre service. Par contre, si vous aimez le changement constant, les itérations et apprendre rapidement de vos échecs, cette carrière est faite pour vous. Si vous préférez un travail pas trop demandant, alors construire une entreprise évolutive à forte croissance ne sera pas être une expérience agréable pour vous. Il n’y a rien de mal à créer une petite entreprise convenant à votre de style de vie, mais c’est une expérience totalement différente. 


Construire une startup à forte croissance sera l’une des choses les plus difficiles que vous ne ferez jamais. C’est aussi parmi les satisfaisantes. Vous ne pouvez pas et vous n’y réussirez pas seul par vous-même. Pour réussir, vous avez besoin de bâtir une équipe et tirer parti autant que possible de la communauté au sens large. 

Apprendre de ses erreurs

Si vous êtes comme moi, et comme beaucoup de fondateurs à qui j’ai parlé, vous embaucherez trop hâtivement des vendeurs expérimentés et ils ne réussiront pas. Les fondateurs/gestionnaires initiaux doivent d’abord devenir des vendeurs expérimentés et ouvrir la voie en premier. Réalisez votre premier million avant d’embaucher des représentants de vente expérimentés. 

De plus, il y a fort à parier que vous n’investirez pas suffisamment sur le marketing. Ce serait une erreur. L’argent que vous alliez dépenser pour les vendeurs et investir dans la création d’une excellente équipe capable de raconter votre histoire.  


Merci d’avoir partagé tes idées, David! Pour vous garder à jour sur les derniers développements en cybersécurité et la vie privée Beauceron Security et David Shipley sur Twitter.  

Related Posts