La recherche est un élément essentiel de l’innovation et de la croissance. Nous investissons dans des chercheurs dont les projets ont un fort potentiel de commercialisation et/ou d’impact économique au Nouveau-Brunswick. Nous sommes fiers de soutenir à la fois des recherches à leur stade précoce et d’autres projets plus établis, réalisés par des chercheurs d’institutions de recherche du Nouveau-Brunswick recevant un financement public.

Notre financement est différent des subventions habituelles de recherche. Bien que nos subventions ne soient pas remboursables, le financement que nous accordons confère certains droits sur la propriété intellectuelle développée afin que nous puissions aider à la commercialiser. En tant qu’organisation à but non lucratif, tout l’argent que nous gagnons de la commercialisation de la recherche est investi dans d’autres projets de recherche.

En investissant dans les chercheurs de notre province et en contribuant à la commercialisation de leurs travaux, nous aidons notre province, son économie et ses résidents.

Projets émergents

Professeur Simon Lamarre
Université de Moncton

En qualité de biologiste, le professeur Lamarre croit savoir comment ajouter des millions de dollars en valeur à l’industrie de la pêche au crabe des neiges du Nouveau-Brunswick, tout cela sans pêcher plus de crabes.

En situation de stress, le crabe des neiges entre en autonomie, un mécanisme de défense par lequel il procède à l’amputation d’une ou de plusieurs de ses pattes. Les crabes en situation d’autonomie meurent fréquemment avant d’atteindre le marché ou doivent être transformés en produits alimentaires qui seront vendus à un prix bien moins inférieur à la livre qu’un crabe entier et vivant. Avec comme résultat que les prises de crabes des neiges sont évaluées en deçà de leur valeur réelle.

Lire la suite
Le professeur Lamarre s’est servi d’une bourse de 30 000 $ reçue de nous pour moderniser le système de réfrigération du laboratoire d’eau salée de l’Université de Moncton. Les expériences contrôlées qu’il prévoit effectuer lui permettront d’observer et de quantifier les biomarqueurs associés au stress chez le crabe des neiges. Grâce à un partenariat avec l’institut de recherche Valorēs de Shippagan, il espère que ses résultats mèneront à de meilleures pratiques de pêche et à un retour en force des pêcheurs de crabes des neiges

Labo-au-Marché

Professeur Yassine Bouslimani
Université de Moncton

En mars 2019, la FINB a accordé un montant de 250 000 $ au professeur Bouslimani afin qu’il mette sur pied un laboratoire de recherche appliquée en robotique industrielle à l’Université de Moncton. En plus de tout le matériel de robotique et des infrastructures associées, un des principaux éléments livrables du projet est le développement et le déploiement à l’UdeM d’un programme d’études pratiques et de certification en partenariat avec les fabricants d’équipement robotique de pointe KUKA (établi en Allemagne) et FANUC (établi au Japon). Le projet verra également à la formation d’étudiants en génie et de travailleurs industriels pour l’utilisation de la robotique en plus de les doter des compétences et des connaissances nécessaires pour concevoir et intégrer des solutions de robotique automatique dans des environnements de fabrication industrielle réels.

Lire la suite
Ce laboratoire représente une occasion en or de créer un centre de formation en recherche appliquée de pointe au Nouveau-Brunswick. Ce laboratoire, uniquement positionné au Canada, a l’intention de devenir le seul centre de formation bilingue en robotique industrielle et l’unique centre de formation de KUKA à l’est de Mississauga, et pourrait entraîner un impact important et durable sur l’économie de la province en aidant les industries traditionnelles à se moderniser grâce à l’adoption de solutions en robotique qui leur permettraient de rester économiquement viables et concurrentielles sur les marchés mondiaux.

Fonds d'équipement

Dr Mike Doucette
Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, Grand-sault

L’industrie du sirop d’érable est depuis très longtemps une industrie florissante au Nouveau-Brunswick. Mais la majorité des petits producteurs de sirop d’érable vend ses produits à des grossistes du Québec. Malgré le prix inférieur qu’ils obtiennent, ils procèdent ainsi pour profiter là-bas des services d’analyses certifiés, car ces tests sont obligatoires pour pouvoir exporter. Malheureusement, les produits sont ensuite étiquetés comme un produit du Québec et les producteurs du NouveauBrunswick perdent ainsi une exposition au marché accompagnée de pertes de revenus potentiels.

Lire la suite
Mais par chance, les chercheurs du CCNB dans leurs installations de biotransformation de Grand-Sault sont parvenus à une solution; la construction du premier laboratoire de tests certifié du sirop d’érable au Nouveau-Brunswick. La FINB a octroyé au Dr Mike Doucette, un expert en chimie analytique, un montant de 33 000 $ provenant de notre Fonds d’investissement en recherche pour concrétiser ce projet de laboratoire. Cet investissement a été réalisé en partenariat avec l’APECA et l’Association acéricole du Nouveau-Brunswick. Ça c’est une bonne affaire!

Bourses aux entreprises en démarrage

Professeur Yang Qu
Chaire de recherche en santé sur le cannabis de l’UNB

On considère que le cannabis est une priorité stratégique pour la province et la Chaire de recherche en santé sur le cannabis représente une opportunité stratégique pour l’Université du Nouveau-Brunswick à un moment critique en raison de l’intérêt médical et industriel grandissant, du potentiel économique qu’il représente et des impacts sociaux qui en découlent.

Lire la suite
Les objectifs du titulaire de la chaire incluent : (1) prolonger l’engagement de l’UNB envers la recherche et l’innovation dans le domaine des produits naturels et biomédicaux, de la santé, et des sciences de la vie; (2) soutenir l’industrie commerciale du cannabis en croissance rapide à travers des résultats de recherche qui soutiennent une croissance économique durable à long terme; et (3) attirer, développer, et retenir les étudiants et les chercheurs de l’avenir dans le but de pouvoir compter sur des experts suffisamment qualifiés dans la province pour soutenir l’expansion de cette industrie.

Nous avons accordé à l’UNB une bourse de démarrage de 80 000 $ pour aider au recrutement du professeur Qu dans la province en 2018. Avec l’avancée des recherches sur le cannabis, le professeur Qu jouera un rôle important dans le développement de l’expertise de l’UNB dans ce champ d’activité émergent.

Initiative des professionnels de la recherche

Professeur Gaetan Moreau
Université de Moncton

Nous avons accordé au professeur Moreau et à quatre étudiants de l’Université de Moncton une bourse de 36 000 $ afin d’étudier les ravageurs qui s’attaquent aux plantations de cannabis commerciales au Nouveau-Brunswick. Le cannabis est une culture émergente qui représente un intérêt économique important pour la province, et ces insectes causent des dommages ou tuent la plante ce qui entraîne une perte de production et de revenus potentiels. Actuellement, très peu d’information officielle n’est disponible au sujet de ces ravageurs.

Lire la suite
À la demande des producteurs de cannabis industriels, le travail du professeur Moreau et de ses étudiants consistera à dresser une liste détaillée des insectes ravageurs du cannabis, de documenter les dommages qu’ils causent et de déterminer les facteurs contributifs. L’équipe prévoit faire part de ses résultats à un large public à partir d’un site Web afin que tous les producteurs puissent en profiter.

Bourses d'études supérieures

Dr David Themens
Université du Nouveau-Brunswick

Nous avons d’abord accordé au Dr Themens une bourse d’études supérieures de trois en 2014, et les résultats de ce travail viennent d’être terminés l’année dernière. Le Dr Themens, chargé de recherche postdoctorant au département de physique de la University of New Brunswick, jouit d’une reconnaissance internationale pour son travail de modélisation des perturbations et interférences qui se produisent dans l’ionosphère, la couche supérieure de l’atmosphère de la Terre.

Lire la suite
L’ionosphère facilite les communications longue distance, mais les perturbations à cette altitude entraînent d’importants déséquilibres dans les transmissions radio à haute fréquence, les systèmes de géolocalisation (GPS), et les technologies de navigation. Le Dr Themens a mis au point un nouveau modèle dans l’ionosphère qui aidera le Canada à mieux surveiller les activités dans l’Arctique à accroître la fiabilité des communications dans le nord du Canada. De meilleures communications et capacités de surveillance en Arctique sont d’une importance accrue car la région se réchauffe et connaît un regain des activités commerciales et de défense.

Chaire de recherche en innovation du NB

Professeur Erik Scheme
Université du Nouveau-Brunswick

Au cours de son mandat à la chaire de recherche en innovation du Nouveau-Brunswick en technologies et matériel médical à l’UNB, les recherches du Dr Scheme en apprentissage machine se sont accrues pour couvrir un large éventail de disciplines pour répondre à la demande de l’industrie. Les produits de réadaptation, la surveillance à distance, le vieillissement, les méthodes de diagnostic, et l’analyse prédictive ne sont juste quelques domaines auxquels ils se sont intéressés. Depuis qu’il est titulaire de la chaire, c’est-à-dire il y 4 ans et demi, le professeur Scheme a fait d’énormes progrès : le financement de sa chaire lui a permis de constituer un groupe de recherche composé de 25 chercheurs extrêmement compétents venus du monde entier, de créer un poste de professeur au département de génie électrique et informatique, faire fructifier l’argent de la FINB pour attirer de nouveaux capitaux importants, et créer un réseau significatif de partenaires industriels. Et l’aspect crucial de tout ceci a été le soutien garanti, non relatif à la réalisation d’un projet, de 200 000 $/année de la FINB.

Lire la suite
Les résultats du professeur Scheme pour cette année seulement témoignent du succès du programme de la chaire : lors du dernier exercice financier, il a recueilli 1,2 M$ provenant d’autres sources de financement de la recherche, diffusé des connaissances à un vaste public grâce à 27 publications et 18 événements, formé 37 étudiants et établi 10 nouveaux partenariats industriels. De plus, ses recherches ont mené au développement de deux nouveaux produits comportant un fort potentiel de commercialisation.

Le mandat de 5 ans du professeur Scheme à la tête de la chaire se terminera en juillet 2020, mais l’avenir semble prometteur pour ce chercheur et son équipe grâce au soutien précoce essentiel que nous leur avons apporté et au succès engendré par ce financement. Nous souhaitons que cette proche collaboration se poursuive, espérons soutenir d’autres projets de recherche et attendons avec impatience de voir l’innovation qui en découlera.