La FINB investit 1,3$ M pour le R et D dans les PMEs - NBIF - FINB
English

La FINB investit 1,3$ M pour le R et D dans les PMEs

GRAND SAULT, N.-B. (02/04/2016)—La Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunswick (FINB) a annoncé aujourd’hui qu’elle procédait à un investissement de 1,3 million de dollars afin d’aider au financement de la recherche et les activités de développement de 23 petites et moyennes entreprises (PME) dans toute la province. Grâce à son Fonds de bons d’innovation, la FINB fournit jusqu’à 80 000 $ aux PME pour qu’elles aient accès à de l’expertise scientifique et d’ingénierie pour entamer la première phase du développement d’un nouveau produit ou d’une nouvelle technologie ou d’en améliorer la conception.  

« Dans l’économie d’aujourd’hui, chercher de nouvelles et meilleures façons de faire des affaires est la clé de voûte du succès des entreprises qui veulent conserver leur aspect concurrentiel, » affirme Calvin Milbury, président et PDG de la FINB, « et nos bons d’innovation ont permis de créer toutes sortes d’opportunités pour les PME au Nouveau-Brunswick, et depuis la création du fonds il y a trois ans, 41 entreprises des quatre coins de la province ont établi une collaboration avec des chercheurs en recherche appliquée pour que leurs idées deviennent commercialisables. »

Un des exemples est celui de Confection 4e Dimension à St-Léonard, au Nouveau-Brunswick. L’entreprise fabrique des centaines de milliers de paires de pantalons d’uniformes pour des sociétés comme Tim Horton. La couture de ceintures élastiques est un processus très exigeant pour les machines et, avant de solliciter l’aide de la FINB, c’est une opération qui devait se faire manuellement, ralentissant ainsi la production.

« Grâce au Bon d’innovation de la FINB, nous avons retenu les services du CCNB de Bathurst afin de mettre au point une solution robotisée qui a permis de réduire les coûts de l’ordre de 95 %, » ajoute Michel St-Amand, PDG de l’entreprise, « et le procédé est si efficace que nous travaillons actuellement à la création d’une nouvelle entreprise dérivée afin de mettre la technologie sous licence auprès d'autres industries qui sont aux prises avec la même difficulté. »

Pour être admissibles, les demandeurs doivent fournir un investissement minimum en argent correspondant à 20 % du coût total du projet. La propriété intellectuelle qui en découle reste la propriété de l’entreprise. 

Depuis son lancement en 2014, la FINB a investi 2,8 millions de dollars et les entreprises ont injecté plus de 700 000 $ dans le but d’augmenter la productivité et la rentabilité des PME de la province.