Des étudiants du N.-B. obtiennent un financement record pour travailler en laboratoires - NBIF - FINB
English

Des étudiants du N.-B. obtiennent un financement record pour travailler en laboratoires

La Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunswick (FINB) a annoncé aujourd’hui qu’elle déboursait 1,4 million de dollars pour financer 111 étudiants de cycles supérieurs et 62 étudiants chercheurs de premier cycle dans cinq établissements postsecondaires de la province, ce qui représente la plus grosse somme consentie depuis ses 12 années d’existence.

Accordé en partenariat avec le Ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail (MEPFT), le financement servira à faire travailler à temps partiel des étudiants exceptionnels en laboratoire avec leur professeur sur des projets de recherche.

« Il est essentiel de continuer à investir dans les gens pour faire progresser plus rapidement l’innovation dans notre province, » confie Calvin Milbury, président de la FINB, « voilà pourquoi nous investissons une somme record, pour que davantage d’étudiants aient la chance de profiter d’une expérience pratique en laboratoire et contribuent à la commercialisation du travail des chercheurs. »

La valeur de chaque assistanat pour les étudiants de premier cycle est de    5 000 $ et de 10 000 $ pour les étudiants de cycles supérieurs. Le concours pour obtenir du financement d’assistanat a lieu chaque année et les décisions finales sont prises par un comité de représentants de la FINB, du MEPFT et des leaders du monde académique et du milieu des affaires.

« L’innovation génère de la croissance au Nouveau-Brunswick et elle joue un rôle crucial dans notre effort de création d’emploi et de soutien aux familles, » poursuit Francine Landry, ministre de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail. « C’est la raison pour laquelle notre gouvernement a déclaré que la semaine du 3 au 10 mai serait la semaine de l’innovation et nous sommes fiers de soutenir la Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunswick dans son désir d’assistance auprès des chercheurs et de leurs étudiants. »

L’un de ces projets, dirigé par Amirkianoosh Kiani, professeur de génie mécanique à la University of New Brunswick, sera soutenu par trois étudiants qui travailleront sur de nouveaux matériaux destinés aux implants chez les humains. Le Dr Kiani a mis au point une nouvelle surface pour des métaux utilisés dans la réparation des os, qui favorise l’attache et la régénération des os et des tissus mous. Cette innovation contribuera à diminuer les rejets post-opératoires par le système immunitaire et à accélérer le processus de guérison et de rétablissement.

« C’est d’une importance particulière dans le cas des remplacements de hanche chez les personnes plus âgées, » ajoute le Dr Kiani, « car les corrections de rejets d’implants peuvent s’avérer longues, douloureuses et chères, et plus nous pourrons nous assurer d’introduire des corps étrangers chez l’humain sans risque de rejet, plus efficaces seront les chirurgies correctives. Je ne suis au Nouveau-Brunswick que depuis un an, mais je suis reconnaissant envers la FINB d’avoir donné la chance à des étudiants pour la réussite de ce projet. Les projets passent assurément en mode accéléré. »